Pas si neutre (Les Suisses et la neutralité)

Si je vous dis Suisse, vous pensez : chalet dans la montagne, fromage et évidement banque. Mais maintenant si je dis Suisse + relation internationale, vous allez surement penser neutralité.

Mais est-ce que la neutralité légendaire du peuple suisse ne serait pas une idée reçue (bien représentée par l’esprit de Genève) ? Nous allons voir ça en fouillant dans le passé de ce pays.

Si on remonte dans l’Histoire on voit que la Suisse a participé à de nombreuses guerres, et que l’histoire Française et Suisse sont liées :

  • D’abord dans l’Antiquité, lorsque la Suisse n’était qu’un peuple celte connu sous le nom d’Helvète. Menés par Divico, les helvètes ont tenu tête et battu les Romains à plusieurs reprises notamment à la bataille d’Agen en 107 avant J.C, ce qui durcit leur réputation d’être de farouches guerriers.
Agen.jpg
Au centre des soldats romains fait prisonniers par des Helvètes

Lors de la Guerre des Gaules, Divico subira plusieurs défaites face à César, la plus célèbre étant la bataille de Bibracte qui opposa 92.000 Helvètes et environ 36.000 romains.

  • En 1515 à Marignan, deux armées se font face, et dans chacune d’elles se trouve des mercenaires suisses. En effet carré de piquier.jpgle Duc de Milan a engagé 15.000 mercenaires suisses, et le roi de France 6.000. A l’époque, en Europe de l’Ouest il était courant dans les différents cantons de recevoir des paiements en échange de mercenaires, mais les cantons n’entrent jamais en guerre ouverte contre une autre nation.

Suite à la bataille de Marignan, le Royaume de France et les Cantons Suisse signent le traité de Fribourg, un traité de paix perpétuelle : La Suisse ne peut plus fournir de soldats aux adversaires de François Ier, en échange celui-ci verse aux cantons une forte somme d’argent.

garde suisse.jpg
La garde Suisse, un héritage de cette époque où les Suisses étaient considérer comme les meilleurs mercenaires
  • Trois siècles plus tard, en 1815, le Congrès de Vienne fait revenir Louis XVII au pouvoir en France et redonne à celle-ci ses frontières de 1791.

congres de vienne

La Suisse est aussi présente à ce congrès, car elle a fourni des hommes à Napoléon à plusieurs reprises (12.000 lors de la Campagne de Russie en 1812).

regiment suisse.jpg
Des soldats Suisse incorporés dans l’armée française, reconnaissables à leurs uniformes rouges

Ainsi les vainqueurs changent quelque peu les frontières suisses, mais le plus important est que sa neutralité perpétuelle est proclamée le 20 mars 1815.

En effet sa neutralité, son inviolabilité et son indépendance de toute influence étrangère, sont assurer, ce qui est dans l’intérêt de l’Europe tout entière.

La Suisse n’a pris part à aucun conflit depuis ce jour.

Alors oui on peut dire que la Suisse est un pays neutre, mais seulement depuis 1815. Aussi n’oubliez pas que ce n’était pas vraiment par choix, et qu’autrefois la Suisse à été au centre de nombreux conflits.

Je vais finir cet article par cette phrase de mon ancien prof d’histoire qui résume bien pourquoi aucune armée n’a jamais envahi la Suisse : « On n’attaque pas sa propre banque ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s